L’évaluation de l’entreprise par 3 bénéfices est une forme très simplifiée d’évaluation de l’entreprise et signifie : bénéfices multipliés par 3 = valeur de l’entreprise.

En principe, ce type d’évaluation repose sur deux composantes principales :

  • Choix du ratio de bénéfice
  • Choix du multiplicateur

Choisir un ratio de bénéfice

Le choix du bon indicateur de bénéfice (par exemple le bénéfice net, l’EBITDA ou le bénéfice d’exploitation) est un facteur décisif. Chacun de ces indicateurs a ses propres avantages et inconvénients. Le secteur, le modèle d’entreprise et la structure financière sont des facteurs qui peuvent influencer le choix de l’indicateur de bénéfice.

Ratio de bénéfice dépendant du secteur

  • Le bénéfice net est un indicateur de bénéfice courant dans de nombreux secteurs, en particulier dans les entreprises traditionnelles et établies. Il s’agit de secteurs tels que la vente au détail, les biens de consommation, la fabrication et les soins de santé. Le bénéfice net tient compte de tous les coûts, y compris les intérêts, les impôts, les dépréciations et les amortissements, et donne un aperçu complet de la rentabilité de l’entreprise.
  • Le ratio EBITDA(EBITDA : Earnings before Interest, Taxes, Depreciation and Amortization) est souvent utilisé dans les secteurs où les coûts d’amortissement et de dépréciation sont élevés et où les investissements en capital sont importants. Cela inclut des secteurs tels que la technologie, les télécommunications, le capital-investissement et le développement immobilier. L’EBITDA est souvent préféré parce qu’il donne un meilleur aperçu de la rentabilité opérationnelle de l’entreprise, indépendamment des coûts de financement et des amortissements.
  • Le bénéfice d’exploitation, également appelé Earnings Before Interest and Taxes (EBIT), est souvent utilisé dans de nombreux secteurs. Il offre une représentation claire des bénéfices avant de prendre en compte les coûts de financement (intérêts). Le bénéfice opérationnel est estimé dans des secteurs tels que la fabrication automobile, l’aviation et l’hôtellerie.

Ratio de bénéfice dépendant du modèle d’entreprise

  • Structure des coûts : le modèle commercial détermine la manière dont les coûts sont générés dans une entreprise. Une entreprise dont les coûts opérationnels sont élevés par rapport aux coûts de financement peut opter pour le bénéfice d’exploitation (EBIT) comme indicateur de bénéfice afin d’évaluer la rentabilité opérationnelle pure.
  • Intensité capitalistique : les entreprises qui dépendent fortement des investissements en capital, comme les fabricants, optent pour l’EBITDA, car il montre la rentabilité avant dépréciation et amortissement et tient donc mieux compte de l’impact des investissements.
  • les start-ups et les entreprises en phase de croissance : Les start-ups et les entreprises en phase de croissance préfèrent l’EBITDA, car elles réalisent souvent des investissements importants et le bénéfice net peut être faussé par des amortissements élevés. L’EBITDA donne une meilleure idée de la rentabilité opérationnelle et du potentiel de croissance.
  • les impôts et les aspects juridiques : Le choix du ratio de bénéfice peut également être influencé par des considérations fiscales et des règles juridiques. Certains pays ont des régimes fiscaux spécifiques qui influencent le choix du ratio de bénéfice.
  • Préférences des investisseurs : Si l’entreprise dépend d’investisseurs, le choix de l’indicateur de bénéfice peut dépendre des préférences et des attentes des investisseurs potentiels. Certains investisseurs peuvent préférer le bénéfice net, tandis que d’autres préfèrent l’EBITDA, afin de mieux comprendre les performances financières.
  • Long terme vs. vision à court terme : selon que l’entreprise planifie à long ou à court terme, le ratio de bénéfice peut varier. Les investisseurs à long terme pourraient préférer le bénéfice net, tandis que les investisseurs à court terme pourraient utiliser l’EBITDA pour une évaluation de la rentabilité à court terme.

Ratio de bénéfice dépendant de la structure financière de l’entreprise

La structure financière d’une entreprise fait référence à la manière dont elle est financée et à la structure de son capital.

  • Taux d’endettement : le taux d’endettement d’une entreprise, c’est-à-dire le rapport entre les capitaux étrangers et les capitaux propres, peut influencer le choix du ratio de bénéfice. Les entreprises fortement endettées, pour lesquelles les intérêts représentent une part importante des coûts, devraient privilégier l’EBITDA, car il exclut les intérêts et donne une meilleure idée de la rentabilité opérationnelle.
  • Amortissements et dépréciations : pour les entreprises qui ont des coûts d’amortissement et de dépréciation importants, le bénéfice net est influencé négativement. Dans ce cas, l’EBITDA peut également être utilisé pour évaluer la rentabilité sans ces coûts.
  • Financement par fonds propres : les entreprises financées principalement par des fonds propres devraient privilégier le bénéfice net, car elles ne sont pas aussi dépendantes des paiements d’intérêts et des avantages fiscaux liés à la dette.

Effectuer des nettoyages

Le bénéfice doit être ajusté pour tenir compte des événements exceptionnels ou non récurrents.

Choix du multiplicateur

Le multiplicateur (typiquement « 3 ») est appliqué au ratio de bénéfice pour calculer la valeur de l’entreprise. Les facteurs suivants peuvent entraîner une variation à la hausse ou à la baisse.

IMPACT DE L’INDUSTRIE

  • Les normes d’évaluation varient en fonction du secteur. Il est important de comparer le multiplicateur avec la moyenne du secteur.

Évaluer les facteurs de risque

  • Évaluation des risques : identifiez les risques spécifiques auxquels votre entreprise est exposée. Il peut s’agir de risques économiques, de risques concurrentiels, de risques juridiques ou de risques opérationnels.
  • Définir le niveau de risque : Évaluez le niveau de risque pour votre entreprise, sur une échelle allant de faible à élevé. Cela peut être subjectif, mais devrait être basé sur une analyse approfondie.
  • Ajustement du multiplicateur : plus le risque est élevé, plus le multiplicateur doit être faible. Cela signifie que si les risques sont plus élevés, votre entreprise aura une valeur d’entreprise plus faible.

Potentiel de croissance

  • Prévisions de croissance : estimez le potentiel de croissance future de votre entreprise. Cela peut se baser sur des taux de croissance historiques, des analyses de marché et des plans stratégiques.
  • Long terme et court terme : prenez en compte le potentiel de croissance à long terme et à court terme. La croissance à long terme peut augmenter considérablement la valeur, tandis que les prévisions à court terme sont pertinentes pour les décisions actuelles.
  • Adaptation du multiplicateur : plus la croissance attendue est élevée, plus le multiplicateur peut être élevé. Une entreprise avec un fort potentiel de croissance aura une valeur plus élevée.
  • Exemple : supposons que vous ayez une entreprise avec un bénéfice net de 500.000 euros et un multiplicateur de 3. Si votre entreprise est considérée comme plus risquée, vous pourriez abaisser le multiplicateur à 2,5. Cela donne une valeur d’entreprise de 1.250.000 euros. Toutefois, si votre entreprise présente un potentiel de croissance important et que vous en tenez compte, vous pourriez augmenter le multiplicateur à 3,5. Cela donne une valeur d’entreprise de 1.750.000 euros.