Environnement de marché actuel – janvier 2022

L’environnement de marché actuel s’est nettement redressé au cours de la deuxième année Corona. Le point le plus bas a été l’été 2020. Selon la taille de l’entreprise, le pays et le secteur, les prix obtenus sont à nouveau proches, voire supérieurs, au niveau d’avant la crise. Vous trouverez nos données de marché sur les multiples de chiffre d’affaires, d’EBIT et d’EBITDA sur notre page Multiple.

Évaluation d’entreprise : une aide rapide à l’orientation

En fonction de votre situation personnelle et du but de l’évaluation, il est recommandé d’utiliser différentes méthodes d’évaluation.

Cas A : L’entreprise est rentable et stable

Cas B : l’entreprise n’est pas ou peu rentable

Cas C : L’entreprise est une start-up ou connaît une forte croissance

Choix de la méthode en fonction du motif d’évaluation

Première indication rapide

Achat & vente d’entreprise

  • Calcul de la valeur de l’entreprise avec un mélange de méthodes
  • L’évaluation est effectuée par un courtier / conseiller fiscal / conseiller en fusions et acquisitions (indication gratuite avant la conclusion du contrat)
  • Le prix de vente est dicté par le marché et déterminé par la meilleure offre

Succession interne

  • Évaluer l’entreprise avec un mélange de méthodes
  • Demander l’aide d’un expert neutre
  • Le prix de vente est défini par des aspects familiaux, le pouvoir de négociation ou des aspects fiscaux
  • Le prix de vente est généralement inférieur à celui d’une vente externe (ø -20%)

Vente et achat d’intérêts minoritaires

  • Détermination de la valeur de l’entreprise à l’aide d’un mélange de méthodes
  • Le prix de vente est déterminé par le pouvoir de négociation
  • Trouver des acheteurs externes est difficile
  • Vente souvent à de moins bonnes conditions que les parts majoritaires

Impôts, successions, donations

Les principaux facteurs de la valeur de l’entreprise

Offre & demande

Il n’y a pas de valeur objective d’une entreprise quand on veut la vendre. Le prix d’achat est déterminé par l’offre et la demande.

Chiffres clés financiers

Les entreprises sont évaluées sur la base de leur rendement futur escompté. Une analyse des rendements passés et présents permet de se faire une idée de l’évolution future possible. Les rendements sont examinés sous l’angle de la durabilité. Les bénéfices et pertes exceptionnels sont exclus. Quelle est la tendance des chiffres d’affaires et des rendements ? Les mauvaises années peuvent-elles être expliquées ?

Confiance dans le vendeur et ses documents

Plus les risques sont importants, plus la valeur de l’entreprise est faible. Il ne doit y avoir aucun doute sur l’exactitude et l’exhaustivité des informations. Cela accroît inutilement l’incertitude du côté des acheteurs. Il est important de préparer tous les documents en conséquence. Ceux-ci doivent montrer une image transparente et sans erreur de l’entreprise. Il faut absolument éviter les mauvaises surprises.

Dépendance de l’entreprise vis-à-vis du propriétaire

Pour un investisseur, une forte dépendance vis-à-vis du propriétaire est un risque. Comment l’entreprise continue-t-elle de fonctionner lorsque le propriétaire actuel n’est plus là ? Si l’on ne peut plus compter sur son expérience, ses connaissances et ses relations avec les clients et les fournisseurs ?

Position de l’entreprise sur le marché

Dans quelle mesure l’entreprise est-elle remplaçable par les clients ? Une niche intéressante est-elle occupée ? Existe-t-il des avantages concurrentiels durables ? Un objectif clair, une excellente réputation et des relations de longue date avec les clients sont difficiles à copier.

Risques

Une base de clients équilibrée, des partenaires commerciaux remplaçables et une faible dépendance vis-à-vis de certains collaborateurs réduisent les risques.

Perspectives de croissance

Le modèle d’entreprise est-il orienté vers la croissance ? Quelles sont les chances pour un acheteur potentiel ? Existe-t-il des économies d’échelle intéressantes ?

Personnel

Quel est le taux de rotation du personnel ? Quel est le taux de maladie ? Quelle est la structure d’âge ? À quel point les employés sont-ils recherchés sur le marché du travail ?

Calculer la valeur de l’entreprise : Les 5 erreurs les plus fréquentes lors de l’évaluation

Partialité

Il est compréhensible que les propriétaires d’entreprise aient du mal à porter un regard objectif sur leur propre entreprise. Les attentes en matière de prix sont souvent trop élevées. Demandez-vous donc : achèteriez-vous vous-même l’entreprise à ce prix ? Ne pourriez-vous pas créer une nouvelle entreprise avec cette somme ? Combien de temps faudrait-il à un acheteur pour refinancer le prix de vente sous forme de bénéfices ? Conseil : personne ne souhaite être dans le rouge 8 ans après avoir acheté une entreprise.

Pas de salaire de marché pour le titulaire

Un gain n’est vraiment un gain que si tous les collaborateurs – et le directeur en fait partie ! – étaient rémunérés conformément au marché. Toute autre approche constitue une distorsion des revenus qui conduit à une évaluation trop élevée.

Orientation vers les grandes entreprises

Le leader de votre secteur est évalué à trois fois son chiffre d’affaires ? Amazon valait déjà des milliards avant même de faire des bénéfices. Les multiples EBIT des entreprises cotées en bourse sont souvent à deux chiffres. Pour les entreprises dont le chiffre d’affaires est inférieur à 20 millions, les multiples EBIT ou EBITDA sont généralement compris entre 3 et 6. Dans notre aperçu, vous trouverez des multiples d’évaluation réalistes pour une entreprise de votre taille et de votre secteur. Votre entreprise est-elle l’exception rare ? Vous le remarquerez alors par des offres d’achat régulières, non sollicitées et concrètes.

« Un entrepôt plein » et « un super parc de machines ».

La plupart des méthodes d’évaluation se basent sur le rendement de l’entreprise. L’entreprise est considérée comme un instrument permettant de générer des bénéfices futurs. Tout ce qui est nécessaire pour pouvoir générer ces bénéfices à l’avenir est déjà pris en compte. Il s’agit notamment du parc de machines, des stocks de marchandises, des produits innovants, etc. Si ces éléments ne permettent pas d’augmenter les bénéfices à l’avenir, ils n’ont aucune valeur de ce point de vue. Or, de nombreux propriétaires souhaitent par exemple ajouter le stock de marchandises à la valeur de rendement de l’entreprise. Ce n’est pas approprié pour ces méthodes.

« L’entreprise a beaucoup de potentiel »

Presque toutes les entreprises ont « encore beaucoup de potentiel ». Tirer parti de cela demande beaucoup d’esprit d’entreprise et de ressources et ne devrait donc être pris en compte qu’avec prudence dans l’évaluation. Si l’on souhaite exploiter tout le potentiel de l’entreprise, il est préférable de le faire soi-même et de ne vendre l’entreprise que plus tard. Personne ne croit un vendeur lorsqu’il dit que l’entreprise est sur le point de faire un grand bond en avant en termes de bénéfices. Alors pourquoi voudrait-il vendre à ce moment précis ?

Aperçu : Méthodes de calcul de la valeur d’une entreprise

Consultez également notre aperçu plus détaillé des méthodes d’évaluation courantes.

Méthode des multiplicateurs : combien le marché paie-t-il pour des entreprises similaires ?

Pour l’évaluation, on se base sur les prix actuellement obtenus par des entreprises comparables. On considère le prix de vente comme un multiple (« multiple », « multiplicateur ») d’un indicateur de base, par exemple l’EBIT, l’EBITDA ou le chiffre d’affaires.

La valeur déterminée de l’entreprise correspond à la valeur des fonds propres plus les dettes financières (appelée « enterprise value »). Pour obtenir la valeur des fonds propres, les dettes sont déduites. Le défi de cette méthode est la disponibilité des données. Les prix d’achat des petites et moyennes entreprises ne sont que rarement publiés. Une comparaison avec les entreprises cotées en bourse est inutilisable, car les multiples payés pour les petites entreprises sont généralement beaucoup plus bas. NIMBO publie chaque mois les multiples EBIT, EBITDA, EBITC et chiffre d’affaires actuellement observés pour différents pays, tailles d’entreprises et secteurs. Lisez également l’explication détaillée des différents multiples, y compris un exemple complet.

Méthode simple de la valeur de rendement : rendement durable actualisé en fonction du risque

La formule de cette méthode d’évaluation est la suivante : fonds de commerce = revenu divisé par le taux de capitalisation. Le taux de capitalisation représente le fait que ces revenus ne se situent que dans le futur et qu’ils comportent des risques. Le niveau de ce taux d’intérêt présumé est subjectif. Pour les petites entreprises, il est de l’ordre de 10 à 20 %. De petites modifications du taux d’intérêt ont un impact important sur le goodwill calculé. Cette méthode de la valeur de rendement est dite « simple » parce qu’on ne suppose qu’un bénéfice durable ajusté. On fait abstraction d’une évolution détaillée des revenus futurs. Il va de soi que seules les entreprises rentables donnent lieu à des évaluations positives. Évaluer les entreprises non rentables à l’aide de cette méthode n’a aucun sens. Vous trouverez ici des informations plus détaillées sur la méthode simple de la valeur de rendement , y compris un exemple de calcul.

Méthode du cash-flow actualisé (DCF) : la méthode flexible de la valeur de rendement

Cette méthode d’évaluation est étroitement liée à la méthode simple de la valeur de rendement décrite ci-dessus. Le taux d’intérêt est alors appliqué individuellement aux flux de trésorerie futurs (« free cash flows ») pour les cinq prochaines années. Pour la période ultérieure, on ajoute la valeur dite résiduelle. Celle-ci ressemble beaucoup à la valeur de rendement simple décrite ci-dessus. La somme de ces flux financiers actualisés et de la valeur résiduelle de l’entreprise donne la valeur de l’entreprise. Cette méthode d’évaluation est très flexible et, d’un point de vue théorique, elle constitue une « meilleure pratique ». Elle est toutefois encore plus subjective et sensible que la méthode de la valeur de rendement. Ne faites jamais confiance à une évaluation DCF que vous n’avez pas vous-même enjolivée. Vous trouverez ici plus d’informations sur la méthode de l’actualisation des flux de trésorerie.

Méthode de la valeur substantielle : somme des actifs comme limite inférieure du fonds de commerce

On obtient la valeur intrinsèque en additionnant d’abord les valeurs des actifs immobilisés et circulants aux prix du marché. Il s’agit de postes du bilan de nature matérielle et immatérielle. Les impôts, les dettes et les obligations sont déduits. Les réserves latentes sont dissoutes. On évalue donc sobrement ce qui existe objectivement. La plupart du temps, un acheteur n’est pas seulement intéressé par la substance de l’entreprise. Il aimerait savoir quel bénéfice on peut générer à l’avenir avec cette substance. C’est pourquoi cette méthode d’évaluation n’est utilisée qu’en combinaison avec d’autres méthodes. Si le prix de vente est inférieur à la valeur intrinsèque, il serait logique pour l’entrepreneur de liquider tout simplement l’entreprise. C’est pourquoi la valeur substantielle sert de limite inférieure à la valeur du fonds de commerce. La méthode de la valeur substantielle est également utilisée lorsque d’autres méthodes donnent lieu à des évaluations négatives. Vous trouverez ici une description plus détaillée de la méthode de la valeur intrinsèque, avec un exemple de calcul.

Mélange de méthodes et méthodes de calcul de la moyenne

Les différentes méthodes ont des points forts et des points faibles. Il est donc préférable de ne pas se fier à une seule méthode. Un mélange de différentes méthodes, testées plusieurs fois avec des scénarios variés, donne une idée de la fourchette possible de la valeur de l’entreprise. Dans les méthodes de la valeur moyenne, on prend souvent une valeur moyenne pondérée de la valeur de rendement simplifiée et de la valeur intrinsèque. Il s’agit par exemple de laméthode de Berlin , de laméthode de Vienne , de la méthode du surprofit et de la méthode suisse ou de la méthode du praticien.

Normes d’évaluation

Pour les litiges relevant du droit des successions et de la famille, des normes solides ont été établies par les tribunaux.

Procédure IDW S1

En Allemagne, la procédure IDW S1 a été élaborée par l’Institut der Wirtschaftsprüfer (IDW). Il définit des concepts de base sur la manière dont les différentes méthodes d’évaluation doivent être appliquées. La plupart du temps, les principes définis sont appliqués à la méthode de la valeur de rendement. Mais elles peuvent aussi être transférées à d’autres méthodes. La méthode IDW S1 se distingue de la méthode simplifiée de la valeur de rendement à de nombreux égards et est plus compliquée à appliquer. Par exemple, un calcul prévisionnel pour les trois prochaines années est nécessaire et le facteur d’actualisation doit être calculé individuellement à partir de plusieurs facteurs.

La méthode AWH d’évaluation des entreprises artisanales

Cette méthode a été développée par le groupe de travail des conseillers en évaluation dans l’artisanat. Il repose sur la méthode de la valeur de rendement. Les principes de base sont fortement inspirés de la procédure IDW S1. Celles-ci sont adaptées lorsqu’elles sont difficiles à mettre en œuvre pour les petites et moyennes entreprises artisanales.

Calculer la valeur d’une entreprise : Déroulement

1) Nettoyage des documents comptables : les comptes annuels des 3 à 5 dernières années sont normalisés. Les charges et produits extraordinaires, les charges non nécessaires à l’exploitation, les réserves latentes et les optimisations fiscales sont exclues. Les enchevêtrements avec la vie privée du titulaire sont résolus. Si nécessaire, les salaires du propriétaire ou d’autres personnes proches qui ne sont pas conformes au marché sont ajustés. Les chiffres financiers qui en résultent doivent refléter le plus fidèlement possible la situation bénéficiaire durable de l’entreprise, qui est également réaliste sous la nouvelle propriété.

2) Établir des chiffres prévisionnels pour les 3 à 5 prochaines années (de préférence pour différents scénarios).

3) Évaluation à l’aide des différentes méthodes d’évaluation courantes, en tenant compte des points précédents.

4) Mélange des différentes méthodes de calcul des moyennes et des fourchettes, y compris en tenant compte de différents scénarios et hypothèses.

Calculer la valeur de l’entreprise Formule empirique

Formule de calcul pour une première indication

Vous ne souhaitez pas une déduction scientifique, mais vous voulez vraiment une indication très approximative de la valeur d’une petite ou moyenne entreprise ?

  • Règle empirique 1 : Calculez la moyenne de l’EBIT (bénéfice avant impôts et intérêts) des trois dernières années. Multipliez-le par un facteur de 4 (valeur basse) à 6 (valeur haute). Déduisez les dettes de l’entreprise des résultats. Vous obtenez une fourchette dans laquelle se situe approximativement la valeur de votre entreprise.
  • Formule empirique 2 : Réfléchissez au montant des bénéfices qu’un acheteur pourrait retirer de l’entreprise au cours des prochaines années. Fixez le prix de manière à ce qu’il puisse amortir le prix d’achat en 4 à 7 ans.

Calculateur de valeur d’entreprise en ligne

Une évaluation d’entreprise en ligne peut fournir une bonne première indication d’un prix de vente possible. Toutefois, pour une détermination définitive du prix, il convient de toujours faire appel à un expert spécialisé.

Caractéristiques d’une bonne évaluation d’entreprise en ligne

  • Guidage systématique par un questionnaire structuré
  • Compréhensible pour les profanes
  • Peut procéder aux ajustements les plus fréquents des chiffres financiers
  • Se base sur les données actuelles du marché
  • Prend en compte différents secteurs
  • Prend en compte les différentes tailles d’entreprises (une entreprise de 5 employés est évaluée différemment d’une entreprise de 50 employés)

Bien entendu, nous vous renvoyons ici à notre propre évaluation d’entreprise en ligne.

Les évaluations d’entreprises en ligne ne conviennent pas pour une première indication…

  • … Startups
  • … des entreprises à croissance rapide
  • … Entreprises en perte ou très peu rentables

Attention aux astuces marketing !

De nombreux calculateurs en ligne n’ont qu’un seul objectif : générer des leads pour les ventes de l’entreprise. Ils suggèrent que l’on obtient une évaluation automatique après avoir rempli le questionnaire. A la fin, c’est la surprise : il faut entrer ses coordonnées et un « expert spécialisé » (vendeur) va nous contacter par téléphone.

Maximiser la valeur de l’entreprise à court terme (« faire la mariée »)

Avant la vente, un certain nombre de choses peuvent être faites pour réduire les incertitudes et mettre en avant les points forts de l’entreprise. Cela permet de maximiser le prix de vente.

Répartir les connaissances, documenter les processus, définir les suppléances

Cela permet de minimiser les dommages potentiels si un collaborateur important est absent ou quitte l’entreprise. Cela réduit une grande inquiétude d’un acheteur potentiel.

Assurer les relations avec les clients et les fournisseurs

Un acheteur craindra de perdre des relations importantes avec des clients ou des fournisseurs après le départ du propriétaire.

  • Transférer les relations importantes aux collaborateurs qui resteront probablement dans l’entreprise.
  • Si possible, sécuriser les relations avec les clients par des accords de service et des programmes de fidélisation.
  • Identifier des alternatives pour les fournisseurs clés afin d’atténuer le risque de défaillance et d’augmentation des prix.

Optimisation de la gestion des créances

Réduire le capital immobilisé dans le fonds de roulement. Vous augmentez ainsi directement la valeur de l’entreprise. Des délais de paiement plus courts pour les clients et un système de relance cohérent devraient être examinés.

Préparer les bilans annuels

Les comptes annuels des cinq dernières années doivent être présentés de manière transparente et facilement compréhensible. Les fluctuations du chiffre d’affaires, les baisses de bénéfices, les hausses remarquables des coûts, etc. doivent pouvoir être expliquées de manière concluante sur demande. Cela crée de la confiance et augmente la sécurité de la planification.

Des références renommées documentent

Obtenez des références de clients renommés et satisfaits et insérez-les dans vos documents de vente.

Formulation convaincante des avantages sur le marché

Qu’est-ce qui rend les produits ou les services uniques sur le marché ? Qu’est-ce qui est difficile à copier pour la concurrence ? Focalisez-vous sur ce qui est important et allez droit au but. Insérez les avantages formulés dans les documents de vente.

Elaborer un plan de croissance plausible

Identifier des potentiels réalistes et concrets de croissance supplémentaire et d’amélioration de l’efficacité et comment les réaliser. Préparez-vous en outre à répondre à la question de savoir pourquoi vous ne les avez pas déjà mis en œuvre vous-même.

Anticiper et préparer les besoins d’informations supplémentaires de l’acheteur

Plus les incertitudes et les doutes de l’acheteur sont grands, plus le prix d’achat est bas. Établissez la confiance avec des réponses bien documentées, claires et complètes à des questions anticipées.

Clarifier les droits des salariés non réglés

Clarifiez et documentez tous les droits aux bonus, aux vacances, aux augmentations de salaire promises, etc. Il faut éviter les surprises négatives pour le vendeur.

Sécuriser les locaux de l’entreprise

Augmentez la sécurité de votre planification en garantissant les baux de vos locaux à long terme, si nécessaire en renégociant avec le bailleur.

Résoudre les conflits internes à l’entreprise

Les disputes devraient être résolues et la mauvaise ambiance au sein de l’équipe améliorée. Le processus de vente et la phase de transition sont exigeants et le propriétaire a besoin du soutien de ses collaborateurs.

Préparer les locaux de l’entreprise

L’œil participe à l’évaluation :

  • Nettoyage des locaux
  • Réalisation de rénovations échues
  • Garantir le respect des exigences légales
  • Vente ou élimination des machines et de l’inventaire superflus
  • Épuration du stock de marchandises

Mettre à jour le site web de l’entreprise

Éviter une présence sur Internet obsolète ou non professionnelle.

Évaluation des start-ups

Évaluer les startups est encore plus subjectif que d’évaluer les entreprises établies. On évalue exclusivement une promesse d’avenir.

Notions importantes : évaluation pré-money vs post-money

Lorsqu’une startup réalise un tour de financement, de l’argent est versé sur le compte bancaire de la startup. La valeur de l’entreprise augmente donc de cette somme d’argent. Il est donc important de préciser, lors d’une évaluation, si l’on parle d’une évaluation « pré-money » (valeur avant le tour de financement) ou « post-money » (valeur après le tour de financement).

Rendement attendu des investisseurs pour les start-ups

Les start-ups sont des investissements risqués. C’est pourquoi les investisseurs attendent un rendement élevé. Plus la phase de financement est précoce, plus le risque et donc le rendement attendu sont importants. Le rendement attendu est nécessaire pour la méthode DCF et la méthode VC.

Phase de financementRendement attendu / taux d’actualisationPayback escompté dans 5 ans
1 Seed Stage (création)70-90%20x
2 Stade de démarrage (avant le lancement sur le marché)50-70%10x
3 First Stage (entrée réussie sur le marché)40-60%8x
4 Second Stage (expansion)35-50%6x
5 Later Stage (cash flow positif)30-40%5x

Source : Venture Valuation, présentation_IF-Unternehmensbewertung_2012.pdf, diapositive 29

Méthode du cash-flow actualisé pour les start-ups (DCF)

La méthode DCF décrite ci-dessus peut être appliquée aux business plans des start-ups. Pour ce faire, le taux d’actualisation utilisé est dérivé du rendement attendu par les investisseurs (voir tableau ci-dessus).

Méthode du capital-risque (méthode VC)

Cette méthode est plus simple que la méthode DCF. On utilise la méthode simple du multiplicateur. Celle-ci ne convient en fait qu’aux entreprises établies et rentables. En effet, si l’entreprise ne fait pas encore de bénéfices, il n’y a rien à multiplier. C’est pourquoi, dans un premier temps, on imagine que tout se passe exactement comme dans le business plan. La méthode des multiplicateurs est ensuite appliquée aux chiffres projetés dans, par exemple, 5 ans. Cela donne alors la valeur espérée dans 5 ans. Il est bien sûr très incertain que ce scénario se produise exactement de la sorte. La valeur future est donc recalculée dans le présent avec les attentes de rendement des investisseurs (voir tableau ci-dessus).

Exemple : une start-up (première étape) attend sa sortie dans 5 ans. Le bénéfice attendu dans 5 ans est de 1 million. Selon la méthode du multiplicateur, l’entreprise vaudrait alors 6 millions. Les investisseurs attendent un rendement annuel de 40%. La valeur de l’entreprise doit donc augmenter de 40% chaque année. Il faut recalculer avec le calcul suivant : 6,0 millions / (1 + 40%) ^ 5 = 1,1 million. L’entreprise obtient donc une évaluation post-money de 1,1 million.

Glossaire : termes importants de l’évaluation d’entreprise

DCF

Abréviation de « Discounted Cash Flow ». La méthode DCF est une méthode d’évaluation fréquemment utilisée.

Fonds de commerce dérivé

Le goodwill dérivé est la différence entre le prix d’achat réel d’une entreprise et sa valeur intrinsèque. La valeur est représentée dans la comptabilité d’une entreprise qui a acheté une autre entreprise. D’un point de vue comptable, il correspond au « goodwill » et au « fonds de commerce ». Si la valeur n’est pas obtenue par un prix d’achat mais est estimée, on parle de « fonds de commerce originel ».

Valeur d’entreprise

La valeur totale de l’entreprise du point de vue des bailleurs de fonds propres et étrangers. Contrairement à l’Equity Value, le capital étranger n’est pas déduit. Cette valeur permet de comparer des entreprises ayant des structures de capital différentes.


Valeur de l’équité

La valeur du point de vue des bailleurs de fonds propres. L’Equity Value correspond à l’Enterprise Value moins les capitaux étrangers plus les réserves de liquidités.

Fonds de commerce

Dans la pratique, cette valeur est souvent assimilée à la valeur totale de l’entreprise. D’un point de vue comptable, on ne parle de « fonds de commerce » que pour la partie qui, en cas de vente, dépasse la valeur intrinsèque (voir « Valeur intrinsèque »). Équivalent de « goodwill » et « écart d’acquisition dérivé ».

Goodwill

Voir « Goodwill dérivé ».

Valeurs immatérielles

Les biens incorporels sont des actifs qui figurent au bilan d’une entreprise, mais qui ne sont pas physiques, tangibles. Il s’agit par exemple des brevets, des marques et des licences. La somme constitue la valeur immatérielle de l’entreprise.

Valeur matérielle

Actifs physiquement tangibles, tels que les machines et les stocks de marchandises.

Fonds de commerce d’origine

Le fonds de commerce d’origine est la différence entre la valeur totale du fonds de commerce estimée par l’entreprise elle-même et la valeur intrinsèque. Il ne peut pas être représenté dans la comptabilité. Contrairement au goodwill dérivé, la valeur n’est pas dérivée d’un prix de vente réel mais est estimée. Il ne doit donc pas non plus être inscrit au bilan.

Évaluation pré-money

Se réfère à la valeur d’une start-up avant l’obtention d’un tour de financement supplémentaire.

Évaluation post-money

Se réfère à la valeur d’une start-up après que de nouveaux fonds ont été injectés dans l’entreprise.

Valeur intrinsèque

Voir méthode de la valeur intrinsèque.